• Thu, 15 Nov 2018
  • 02:51

La Société civile invitée à capitaliser le Fonds vert pour le climat

Au cours d’une journée de réflexion organisée à la Haute académie de la Société civile, le coordonnateur national du Fonds vert pour le climat (FVC) a appelé les acteurs de la Société civile à mettre à profit ce « Fonds » qui vise, entre autre, à promouvoir un changement de paradigme pour une transition vers des modèles de développement sobres en carbone.

 

La Haute académie de la Société civile reste intransigeante quant à sa vocation d’être un cadre permanent de réflexion, d’échanges et d’enrichissement d’idées sur des questions qui touchent au développement de la République démocratique du Congo.

C’est dans ce contexte qu’il faille placer l’intervention, le vendredi 22 juin 2018 du coordonnateur national du « Fonds vert pour le climat », Hans André Djamba au cours d’une session de la Haute académie de la Société civile axée sur la compréhension du Fonds vert pour le climat.

Au cours de cette journée de réflexion, M. Djamba a invité les acteurs de la Société civile congolaise à mettre à profit le FVC.

Dans son intervention qui a tablé sur  « Comment comprendre le fonctionnement du Fonds vert pour le climat », Hans André Djamba a indiqué que ce Fonds est un instrument financier et de modalité d’allocation de fonds de mise en œuvre des ressources et de dispositif de recevabilité.

Par ailleurs, le coordonnateur du FVC a noté que le Fonds vise notamment à promouvoir un changement de paradigme en vue d’une transition vers des modèles de développement sobres en carbone (atténuation et résilients) au climat (adaptation) et à soutenir les efforts des pays en développement.

En outre, l’administrateur de la « Haute académie de la société civile»,  Richie Lontulungu, a, à cette occasion, appelé les acteurs politiques, économiques et de la société civile à capitaliser le Fonds vert pour le climat.

Ces acteurs, souligne Richie Lontulungu, ont un grand rôle à jouer dans l’encadrement  des populations qui vivent dans l’arrière-pays où, la forêt  est exploitée de manière abusive.

Ce rôle, a-t-il ajouté, doit aboutir à la protection de l’environnement.

Cependant, il sied de rappeler que ce Fonds a été créé pour soutenir les projets sociaux de base et économiques qui offrent une alternative aux populations locales dont celle de la RDC, possède le deuxième poumon écologique mondial.

Elle est aussi classée comme le second pays en écosystème après l’Amazonie.

Pour rappel, la « Haute académie de la société civile », initiée par le révérend Milenge Mwenelwata en 2015, a pour mission d’encadrer et de revitaliser les capacités sociales nationales à travers les acteurs œuvrant dans différents domaines.