• Wed, 14 Nov 2018
  • 02:28

Kinshasa abrite un atelier interministériel sur les transports des matières radioactives

Les transports des matières radioactives obéissent avant tout aux normes internationales rigoureuses. Cela, à raison de mesure de sûreté et de protection.

Il se tient du 27 au 30 août 2018 à Kinshasa, un atelier national de consolidation du projet de l’arrêté interministériel portant sur les transports des matières radioactives. Ces assisses de haut niveau connaissent la participation du ministre de la Recherche scientifique, les agents du ministère de Transport, du ministère de l’Intérieur, de la Direction général des douanes et accises, et du Secrétariat général à l’Energie atomique (SCEA).

Cette activité scientifique est organisée par le Comité national de protection contre le rayonnement ionisant (CNPRI) en partenariat avec l’Agence international de l’énergie atomique (AIEA).

Pour rappel, les transports des matières radioactives obéissent avant tout aux normes internationales rigoureuses. Cela, à raison de mesure de sureté et de protection. Le directeur Pontien Nzere Kambayitiraki a saisit cette occasion pour rappeler l’objectif du CNPRI. Pour cet expert, l’objectif poursuivi par le CNPRI est de « réguler les transports des matières radioactives en République démocratique du Congo ».

À en croire Pontien Nzere Kambayitiraki, les différents fournisseurs de ces matières viennent de l’extérieur du pays. Quoi de plus normal qu’il plaide pour la réglementation des transports des matières radioactives en RDC. « Nous ne fabriquons pas ces matières radioactives, nous devons donc réglementer les mouvements de ces transports », a-t-il déclaré.

De l’avis de M. Pontien, cet atelier national tombe à point nommé. Cela, d’autant plus que le Comité national de protection contre le rayonnement ionisant « vise à mettre à jour un document juridique qui va réglementer les matières des transports radioactives » en RDC.