• Wed, 14 Nov 2018
  • 02:17

Les mobilisateurs de la plateforme Ensemble à l’œuvre pour le meeting du 29 septembre à l’esplanade de la place Triomphal

Il est question d'être prêt et de mobiliser pour ce grand meeting de tous les partis de l'Opposition, a déclaré Jean-Bertrand Ewanga

La population doit s’approprier les préalables posés par les leaders de l’Opposition pour des élections crédibles, transparentes, démocratiques et inclusives. Tenant à cette approche, la plateforme Ensemble de Moïse Katumbi a réuni ses mobilisateurs, samedi 22 septembre au siège du parti ECCO à Kinshasa. Le rendez-vous avait son pesant d’or, parce qu’axé sur les préparatifs du meeting des partis politiques de l'Opposition programmé le 29 septembre prochain à l'esplanade de l'espace Triomphal dans la commune de Kasa-Vubu.

« Il est question d'être prêt et de mobiliser pour ce grand meeting de tous les partis de l'Opposition », a Jean-Bertrand Ewanga, secrétaire général-adjoint d'Ensemble. Ce dernier s’est également appesanti sur des questions qui seront au centre du meeting. « Le message porte sur la décrispation politique puisqu'on ne peut pas parler d’élections sans décrispation, le rejet de la machine à voter, le nettoyage du fichier électorale ça aussi c'est une obligation, l’implication de la communauté internationale et la sécurité des candidats », a-t-il fait savoir.

Pour Jean-Bertrand Ewanga, la meilleure façon de communiquer avec le peuple, c’est de le sensibiliser sur terrain.

Pour rappel, l'UDPS, le MLC, l'UNC, l'Ecide, et d'autres partis et regroupements de l'opposition, ont saisi par une correspondance le gouverneur de la ville de Kinshasa André Kimbuta pour l'informer de la tenue du meeting prévu le samedi 23 septembre prochain. La manifestation fait suite aux préalables soulevés par les leaders de l’Opposition, à savoir : Adolphe Muzito, Félix Tshisekedi, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Vital Kamerhe, à l’issue de leur rencontre de Bruxelles. Les préalables soulevés sont : le rejet de la machine à voter imposée par la Céni en violation de la loi électorale ; le nettoyage du fichier électoral afin d’identifier et extraire les plus ou moins dix millions d’électeurs enrôlés sans empreintes digitales; la mise en œuvre immédiate des mesures de décrispation politique conformément aux dispositions de l’Accord de la Saint Sylvestre (libération des prisonniers politiques, le retour des personnalités politiques exilées, notamment les cas emblématiques traités dans le rapport sur la décrispation politique conduit par les évêques de la Cénco ; la réouverture des médias et l’accès aux médias publics ; la  liberté de manifestation ; la fin des tracasseries policières et administratives contre les opposants); la participation effective des candidats exclus ou invalidés pour des raisons politiques afin d’assurer la tenue d’élections inclusives ; l’accréditation et le déploiement des observateurs des instances internationales UN, UE, SADC, OIF et autres; l’assistance de la communauté internationale, à savoir les Nations unies, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la SADC et la CIRGL, sur le plan politique, financier et matériel pour organiser des élections inclusives dans la paix; le déploiement d’une force régionale de la SADC pour sécuriser le processus électoral, les candidats et la population; la participation effective de la MONUSCO au processus électoral pour le transport du matériel et la logistique ; la restructuration et l’audit de la Céni conformément au prescrit de l’accord de Saint-Sylvestre.