• Wed, 14 Nov 2018
  • 02:37

Équipe de campagne du FCC : la vague des dénégations enfle

C’est le tour du catcheur Mwimba Texas de donner de la voix. Il dénie également sa nomination dans l’équipe de campagne du FCC.

La vague de dénégations dans l’équipe de campagne du Front commun pour le Congo est loin de s’estomper.

Après les indignations exprimées notamment par sélectionneur national de football, Jean-Florent Ibenge; le rapporteur du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication, (CSAC), Chantal Kanyimbo ; le représentant légal de l’Eglise « Foi abondante » Albert Kankenza ; le président de l’Union de la presse du Congo Kasonga Tshilunde, etc., pour n’avoir jamais donné leur accord de faire partie de l’équipe de campagne du candidat président de la République Ramazani Shadary, c’est le tour du catcheur Mwimba Texas de donner de la voix. Il dénie également sa nomination dans l’équipe de campagne du FCC. Il a réagi en ces termes : « Je suis plus à l’aise dans le sport et l’humanitaire qu’en politique ».

Président de la Fondation portant même son nom, Mwimba Texas se dit surpris par les appels et la publication dans la presse sur sa nomination comme rapporteur de la cellule en charge des personnes vulnérables et personnes vivant avec handicap dans l’équipe de campagne de Shadary. « Je n’étais pas préalablement consulté, sinon, j’aurai décliné cette offre. S’il faut me confier une responsabilité dans le sens de la prise en charge ou de la protection des personnes vulnérables, là, je serai d’accord parce que je le fais déjà, avec mes maigres moyens, sans soutien, depuis plus de vingt ans. Mais, associer mon apostolat, ma passion avec la politique, cela n’est pas mon goût ni ma vision », a-t-il indiqué.

Le catcheur refuse ainsi d’identifier son action à un regroupement politique. « Si aujourd’hui la RDC est reconnue, à travers le monde comme un pays modèle en ce qui concerne la considération et l’intégration des personnes vivant avec albinisme, c’est grâce au travail que nous avons abattu depuis plus de vingt ans déjà », a-t-il souligné tout en reconnaissant l’apport de certains acteurs politiques, dans l’accomplissement de la mission dévolue à sa fondation. Le rendez-vous important qui a été organisé grâce à l’appui du Premier ministre honoraire Augustin Matata Ponyo a été celui de la rencontre internationale des albinos.

En définitive, lui et sa fondation demeurent apolitiques pour garder un regard neutre en faveur des personnes en difficulté.