• Sun, 17 Feb 2019
  • 03:32

Contre la dérive tribale, Lumeya-Dhu-Maleghi entouré des notables du Grand Bandundu et de l’espace Kasaï appellent à la cohabitation pacifique

Pour Lumeya, la RDC devra demeurer une nation unie et soudée face aux défis immenses qui se présentent.

Les notables du Grand Bandundu et de l’espace Kasaï consentent pour sauvegarder l'unité nationale et la cohabitation pacifique mises en mal par des comportements peu responsables frisant la dérive tribale à la suite de la publication des résultats de la présidentielle.  L’initiative est du ministre des Affaires foncières Lumeya-Dhu-Maleghi.

Pour le ministre des Affaires foncières, les résultats de la présidentielle ne peuvent servir de prétexte à l’exacerbation de la haine tribale, ni aux attaques basées sur l’origine ethnique. D’où, son appel à l’apaisement et à la tolérance. Et pour distiller à fond cette perception positive, le ministre des Affaires foncières a réuni dimanche 10 février dans la commune de Masina à Kinshasa, les notables et représentants Kongo, Luba et d'autres tribus du pays. L’objectif a été de passer le message de paix, de l'unité et de cohabitation pacifique intercommunautaires.

Pour Lumeya, la RDC devra demeurer une nation unie et soudée face aux défis immenses qui se présentent. Ainsi, a-t-il joué sa partition pour éviter que le Grand Bandundu, réputé havre de paix, d'hospitalité et de cohabitation pacifique, ne bascule dans des querelles et violences tribalo-ethniques. Il s’agit, à l’évidence, des combines égoïstes de quelques hommes politiques et notables, en quête de positionnement sur la scène politique, au détriment des règles démocratiques préétablies, dénonce le ministre des Affaires foncières.

Pérenniser les acquis d'unité nationale

« Il faut décourager les tribalistes. Les nationalistes doivent être debout. Plus question de tolérer ce genre de discours qui se développent à la Tshangu. Nous voulons que la base de Lamuka, Cach et FCC soit ensemble pour sceller cette unité. Arrêtons le discours haineux et tribaliste. Soyons le sapeur pompier. Nous devons appuyer le président Félix Tshisekedi et pérenniser les acquis de l’unité nationale laissés par le président Joseph Kabila. Nous, leaders du Bandundu, devons faire barrage aux fauteurs des troubles », a souligné Lumeya avant de condamner fermement tous les leaders qui laissent passer des messages xénophobes : « Notre position en tant que notabilité du Grand Bandundu, est celle de privilégier la paix, l'unité et la cohésion nationale pour bâtir au cœur de l'Afrique, Un Congo Grand, fort et prospère ».

L'Udps se joint à l'action pour l’unité

De son côté, le secrétaire général adjoint de l'UDPS, Jean Kia Nsi, représentant le président national du parti, Jean-Marc Kabund empêché, a insisté sur la cohabitation pacifique entre communautés. Il a démontré  que le président Félix Tshisekedi n'était pas tribaliste parce qu'il travaille avec toutes les tribus. Son appel patriotique a été soutenu par un autre cadre et notable du Grand Kasaï, en la personne de Nicolas Tshitenge.

Pour sa part, Grégoire Ngandu, membre de la famille biologique du président Félix Tshisekedi a exhorté les uns et les autres pour que l'entente des populations, de toutes les communautés, ne soit pas sacrifiée pour des ambitions politiciennes. L'unité entre tribus de ce pays est un grand motif de fierté nationale qu'il faut pérenniser à jamais. Dans la foulée, les chefs coutumiers du Grand Bandundu, du Grand Kasaï et du Kongo Centra ont demandé les Congolais à soutenir Félix Tshisekedi.