logo
adds
single-post

« Vous m’avez invalidé et la nuit j’ai rêvé que vous êtes encore venus m’étrangler ? »Daniel Safu

21-06-2019

Les députés nationaux invalidés par la cour constitutionnelle ont passé leur première nuit sans incident mineur ou majeure. Toutes les dispositions ont été prises pour leur permettre de passer la nuit à la belle étoile sans trop de difficultés, surtout en cette période de la sèche ou il fait extrêmement froid pendant la nuit. Quelques membres de leur parti ou regroupement politique sont venus également les soutenir dans cette dure épreuve.

Dès le matin, aux alentours de 6 heures du matin, la plupart d’entre eux étaient déjà débout. Assis sur des nattes ou des chaises, on pouvait les observer entrain de discuter. D’autres, un peu plus éloignés  et munis de leurs brosses à dent, faisaient des petits soins du matin.  

« Je suis venu accompagner mon oncle qui a été invalidé et nous avons pris toutes nos précautions contre le froid. Nous avions avec nous quelques boissons également pour nous permettre de passer la nuit sans trop de difficultés. Nous sommes là jusqu’à ce que nous allons obtenir une réponse favorable  à notre revendication » a indiqué un homme d’une quarantaine d’année trouvé sur le lieu.

Les députés invalidés, ont reçu également le soutien de certains de leurs collègues qui ont la nuit avec eux, à l'exemple de l'honorable Mohindo élu de l'Ecide au Nord-Kivu. 

Dans ses œuvres, un avec un ton humoristique, Daniel Safu, lance au commandant la police :

«  Vous m’avez invalidé et la nuit j’ai rêvé que vous êtes encore venus m’étrangler ».

De son coté Cherubin Okende a salué le comportement de la police qui reste à leur coté sans inquiéter  qui que ce soit.

Des bois de chauffe et autres provisions continue à arriver, une façon pour les députés invalidés de lancer un message que leur siège est loin d’être levé précipitamment.

Willy Akonda Lomanga