logo
adds
single-post

Kibali Gold Mine : 10 ans en RDC et 2,7 milliards d’investissements

17-07-2019

L’entreprise aurifère Kibali Gold Mine, une filiale du géant  minier Barrick Gold Corporation totalise cette année 10 ans d’existence depuis l’acquisition du projet Moto en 2009. Cout total d’investissement 2,7 milliards USD. Pour Mark Bristow, Président, Directeur Général et copropriétaire de Barrick Gold Corporation, c’est une longue histoire qui a permis la transformation de manière  sensible, non seulement des installations de cette mine mais aussi et surtout l’amélioration des conditions de vie des communautés locales.

Au cours de la conférence de presse organisée ce mardi 16 juillet 2019, Mark Bristow a déclaré que cette année marque les 10 ans d’acquisition du Projet Molo qui a été développé et qui aujourd’hui est devenu l’une des plus grandes mines d’or dans le monde avec une contribution de plus au moins 2,2 milliards de dollars américains dans l’économie  Congolaise.

Selon lui, depuis plus d’un an, Kibali est devenu l’Opérateur de sa mine souterraine, classée comme l’une des plus avancé dans l’industrie mondiale en termes d’autonomisation. Mark Bristow indique également qu’un système est actuellement en train d’être développé et qui pourrait permettre l’intervention ou pas de l’homme dans certaines opérations.

Pour ce premier semestre, la mine de Kibali maintient le cap pour atteindre 75 000 onces d’or d’ici la fin de l’année.

Un seul accident a été enregistré sans perte de poste. Environs 79millions USD payés auprès des partenaires commerciaux congolais. On note également la réhabilitation d’une partie de la route nationale qui mène vers l’Ouganda.

Kibali comprend 10 permis couvrant une superficie d’environs 1836 Kilomètre carrés dans les champs aurifères Moto au Nord de la RDC. Il comprend une exploitation à ciel à ciel ouvert et souterraine  intégrée ainsi qu’une usine de traitement de 7,2 Mtpa. Le projet est alimenté en énergie électrique composée de trois barrages ( Nzoro2, Ambarau et Azambi) mais aussi d’une centrale thermique pour les périodes de faibles pluviométrie et en secours.

Willy Akonda Lomanga