A LA UNE :

Ituri : bientôt la réhabilitation de 5 postes frontaliers et 3 sites intérieurs

Avis à Manifestation d’intérêt: Mise en concession des routes provinciales et locales de l'Ituri

Atelier Kibali : Multiplicité d’acteurs dans la perception des taxes environnementales selon le constat

Ituri : 1000 Km des routes à réhabiliter dans le cadre du Partenariat Publique Privé

Kibali : Barrick Gold Corporation s’oppose à la vente ou au transfère des actions de la SOKIMO

Nouveau code Minier : Kibali a versé 6 millions USD directement aux Entités Territoriales Décentralisée

Sécurité, la RDC se dote d’une première industrie militaire

Explosifs : des privés défient le ministère de la Défense et les FARDC 

Respect de l’environnement : Kibali Gold Mines partage son expérience avec les acteurs étatiques, les miniers et la société civile

Plan de Trésorerie ou proposition de modification du Budget 2020 ?

Spécial UDPS 38 ans :   Vundwawe et Ggbanda  savaient et voulaient collaborer

Arrêté à l’AND (ANR), Birindwa reste BCBG, il ne mange qu’européen, dort en pyjama 

Kalev Mutond  interdit de quitter Kinshasa

Attaques contre Kamerhe :  Amato Bayubasire répond à Jean Marc Kabund

Les réserves de change : 1,03 milliard USD au 31 janvier selon la BCC

Abus de pouvoir : la Cour Constitutionnelle recadre les Ass. Prov. de Kinshasa et de l’Ituri

Urgent : Mike Mukebayi réhabilité par la Cour Constitution

Urgent : Jean Bamanisa Saidi réhabilité par la Cour Constitution

La 7ème édition de la fête du livre de Kinshasa de tiendra du 14 au 22 février 2020

  1. « J'ai trouvé une armée structurée » avait déclaré le Président Félix Antoine Tshisekedi

Les récentes déclarations de l’ancien Premier Ministre et coordonnateur actuel de la Plate Forme Lamuka qui a indiqué que pour retrouver la paix la RDC devrait faire la guerre au Rwanda et au besoin l’annexer, n’a pas manqué de susciter des polémiques sur la capacité de notre armée nationale à faire la guerre contre des pays voisins à l’occurrence le Rwanda. Si pour les uns, l’armée congolaise est extrêmement faible pour tenir tête à ce pays dirigé par Paul Kagame en  affirmant qu’elle est totalement infiltrée par les Rwandais, d’autres par contre indiquent que l’armée rwandaise n’a aucune expérience véritable de guerre et qu’elle n’est pas parmi le top 10 des armées d’Afrique.  En arrivant au pouvoir le Président Tshisekedi n’a pas manqué de faire remarquer aux congolais que beaucoup ne se contente que sur la diabolisation de notre système de défense.  "J'ai trouvé une armée structurée... C'est quand on arrive à des fonctions comme celles que j'occupe maintenant, qu'on comprend qu'il y a eu beaucoup de diabolisation" avait –il déclaré.

Ces propos du Président de la République  cachent en réalité une vérité méconnue paar beaucoup de congolais.

Au mois de décembre 2018, des jeunes soldats en provenance de différents centres de formations et particulièrement de Kitona dans le Congo central commençaient à être déployé à Kinshasa et dans différents coins stratégiques du pays dont la ville de Goma et en Ituri.

Ces  Nouveaux soldats appelés communément « Ujana » venaient recevoir une formation particulière car pour la toute première fois, leur recrutement tenait compte des différentes catégories de la population. L’appel a été fait quelques mois plutôt à des journalistes, communicateurs, ingénieurs, infirmiers, médecins, électriciens, électroniciens, diplômés,  bref l’ensemble des filières nécessaires.

Il était question pour l’armée de se préparer et de former entre autres une brigade opérationnelle certes mais surtout celle qui soient en mesure de tenir tête à une guerre asymétrique c'est-à-dire non conventionnelle  comme le Terrorisme.  A l’époque l’armée avait également indiqué qu’elle avait des difficultés pour assurer la sécurité policière après des opérations militaires d’où la possibilité de former ces militaires à des opérations de police.

Des formations des brigades et autres unités de l’armée, la RDC en a connu plusieurs dont les recrutements ont été soit lancés à partir de Kinshasa soit à l’intérieur de pays.

Depuis plusieurs années Joseph Kabila avait dénaturé la structure traditionnelle de l’armée nationale.

Ayant compris l’infiltration de l’armée avec ses différentes déceptions liées notamment au processus de Mixages et de brassages imposés par la communauté internationale via la Monusco, Kabila a mis en place un système tout à fait différents ou chaque entité pouvant évoluer de manière autonome et des structures capables de se surveiller.

Ainsi en lieu et place de garder le trois corps traditionnelles à savoir la Force navale, la force aérienne et la force terrestres, il a plutôt fait recours à des zones de défenses, zones opérations ou encore à des brigades opérationnelles. Une structure difficile à comprendre le mécanisme pour une action concrète sur terrain.

Plusieurs  congolais oublient vite que la plus part des troupes qui étaient à l’est du pays provenaient des différentes rebellions  et que le processus de brassage voulu et imposé par la communauté internationale c'est-à-dire les Nations Unies ce, malgré les protestations de la RDC.

« Les Ujana » est une stratégie mise en place progressivement   afin de préparer des véritables combattants à travers des brigades opérationnelles comme l’équipe de feu Mamadou Ndala.

L’armée congolaise a commencé à se reconstruire malgré les pièges et est classée dans le top 10.

Et au Président de la République de l’affirmer que l’armée nationale est structurée.

Willy Akonda Lomanga