A LA UNE :

La société civile saisit Mabunda sur l'urgence de la mise en place des nouveaux animateurs de la CENI

Un monument pour Étienne Tshisekedi, un Jardin pour Kibassa et les VIP Udps sur le Blvd Lumumba

Marché central, Zando ne reprendrait plus, l'Hôtel de ville opte pour un mall

Pdce, faut-il désinfecter, exorciser, mithridatiser ou table rase?

Gecamines, Matata, un témoin à charge si Fatshi le consultait

Passerelles, Willy Ngopoos expose l'Etat à des poursuites

Don anti-Covid malgache, Eteni doit rassurer Amos Mbayo, Léopards Vs Madagascar n'est pas la contrepartie

Kin Kiey Mulumba, le retour réclamé d'un pro pour plus d'efficacité de l'action du gouvernement

Finances publiques, même Ilunga Ilunkamba doute de la sincérité de la BCC

Procès Kamerhe, des ententes directes au grand dam de l’Etat

CSAC, Eliezer Tambwe, Nembalemba, etc., black-listés par Chantal Kanyimbo

Lettre ouverte au chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi
Concerne : votre politique de Fosse Commune pour les Congolais (FCC) face au Covid-19

DGI, Sele Yaghuli se brûle les plumes... comme Icare

DGI: Sele Yaghuli joue derechef avec les nerfs de Fatshi

Mort de l'ancien combattant Daniel Miuki, le ministre Sylvain Mutombo salue la mémoire d'un héros de la guerre mondiale 40-45

Même les aéronefs sont interdits de survol : Palais de Marbre, qu’est-ce qui s’y passe? Et pourquoi?

UDPS: la SYMAC exige l'installation du directoire comme voie de sortie de crise

Des armes et munitions made in DRC, Tshisekedi a en projet une industrie militaire

UDPS: le Collectif des parlementaires debouts appelle Félix Tshisekedi à réconcilier le parti

Covid-19 : Barrick Gold corporation disponibilise plus 1,5 millions USD en matériels et équipements pour la RDC

  1. José Sele Yalaghuli accusé à tord ou à raison de bloquer les dépenses publiques

Le ministre des finances du gouvernement Ilunga Ilunkamba fait l’objet de plusieurs accusations depuis l’installation de l’exécutif par plusieurs personnalités du monde politique et économique.  A  maintes reprises le Président de la République lui-même n’a pas manqué de le reprocher de manière indirecte de geler certaines dépenses prioritaires surtout celles initiées dans le cadre du programme de 100 jours. Il en est de même pour ses collègues ministres ou encore d’autres institutions. Mais en réalité, José Sele Yalaghuli est appelé à faire de l’orthodoxie financière son cheval de bataille pour empêcher le pays de sombrer. Pour cause, le programme initié par le Chef de l’Etat pour 2019 n’a pas été budgétisé et  la plupart des contrats n’ont pas suivi le cours normal des procédures de passations des marchés. A cela il faut ajouter l’entrée en programme avec le FMI qui exige une gestion rigoureuse des dépenses. 2020 sera tout autant compliquée pour la gestion des finances publiques.

Tout d’abord les voyages du chef de l’Etat, surtout à l’étranger, n’ont pas facilité les choses. Des millions de dollars américains sortis pour le déplacement du Président Fatshi  n’ont fait que rabaisser le niveau  des réserves  de change. A cela il faut ajouter des contrats de gré à gré, comme l’indique le récent rapport de l’ODEP, qui ont également englouti des millions USD, allant jusqu’à des dépassements excessifs  dans certains Projets.

Les réserves des changes, selon le rapport de la BCC du mois d’octobre dernier, ont atteint environ 800 millions USD contre 900 au mois de Janvier, lors de la passation de pouvoir entre Kabila et Fatshi. Une situation qui inquiète et le dollar américain est échangé contre environ 1740 FC. Pourtant cette monnaie étrangère est restée plus au moins stables pendant deux ans autour de 1650 FC à cause des 28 mesures  économiques mises en marche par le gouvernement Tshibala.

Cette situation a permis l’utilisation de la basse caisse comme système de gestion c'est-à-dire que les dépenses ne sont effectuées que sur base des recettes. Autrement dit, le gouvernement ne peut dépenser de l’argent au-delà des recettes réalisées. C’est donc cette méthodologie de gestion des finances publiques que le FMI recommande à la RDC pour entrer en Programme avec lui.

Et face à toutes ces recommandations, le ministre José Sele Yalaghuli ne compte pas abdiquer. L’ancien Directeur de cabinet  de Matata Ponyo rejette ainsi plusieurs dépenses pour se conformer aux règles du jeu. Mais cela lui vaux des critiques et toute forme d’accusations de tout part.

José Sele Yalaghuli devra ainsi gérer un autre dossier brulant lié au Budget de l’Etat pour l’exercice 2020.  Car, en effet, les pressions politiques ont obligé le gouvernement à ramener ce budget à 10 milliards USD. Mis tout compte fait, les budgets de trois dernières années n’ont jamais dépassé 6 milliards USD.   Et le ministre sera appelé à gérer les exigences des uns et des autres qui ont fait leurs prévisions sur les 10 milliards que les économistes et le FMI qualifient d’irréalisables  à cause de plusieurs indicateurs dont la baisse des cours des matières premières, la RDC dépendants à plus de 70 % des recettes  issues de l’importation de ces minerais .

Willy Akonda Lomanga