A LA UNE :

Covid-19 : Barrick Gold corporation disponibilise plus 1,5 millions USD en matériels et équipements pour la RDC

Diagnostic de la gouvernance des entreprises relevant du portefeuille de l’Etat par Mabi Mulumba ( Conclusion)

Diagnostic de la gouvernance des entreprises relevant du portefeuille de l’Etat par Mabi Mulumba

Droit OHADA : la France soutient l’amélioration du climat des affaires en RDC

Mabi Mulumba plaide pour la promotion de la classe moyenne congolaise

Isangi : 3000 personnes se réfugient en forêt suite à un conflit de vol de vin de palme

Socir à l’arrêt, Sonahydroc (Cohydro) construit sa propre raffinerie

Sauts de mouton: le gouvernement va encore injecter 3,5 millions USD

Gestion des déchets solides, liquides et gaziers : Kibali Gold Mines a partagé son expérience

Ituri : bientôt la réhabilitation de 5 postes frontaliers et 3 sites intérieurs

Avis à Manifestation d’intérêt: Mise en concession des routes provinciales et locales de l'Ituri

Atelier Kibali : Multiplicité d’acteurs dans la perception des taxes environnementales selon le constat

Ituri : 1000 Km des routes à réhabiliter dans le cadre du Partenariat Publique Privé

Kibali : Barrick Gold Corporation s’oppose à la vente ou au transfère des actions de la SOKIMO

Nouveau code Minier : Kibali a versé 6 millions USD directement aux Entités Territoriales Décentralisée

Sécurité, la RDC se dote d’une première industrie militaire

Explosifs : des privés défient le ministère de la Défense et les FARDC 

Respect de l’environnement : Kibali Gold Mines partage son expérience avec les acteurs étatiques, les miniers et la société civile

Plan de Trésorerie ou proposition de modification du Budget 2020 ?

  1. Isangi : 3000 personnes se réfugient en forêt suite à un conflit de vol de vin de palme

Trois villages du  territoire d'isangi dans la chefferie de Baluolambila et secteur Bolomboki(180km à l'ouest de Kisangani) sont  vidés de leurs populations. A l'origine, un conflit de vol de vin de palme en pleine forêt tourne à bataille rangée. Bilan, trois villages avec plus de 100 maisons ont été incendiés et une personne tuée par balle. 

« Nous venons de transférer au parquet de grande instance de Yangambi, deux présumés auteurs des incidents survenus il y'a quelques jours dans les villages Monoli, Yafine, et Lowa » ont indiqué les autorités sécuritaires d'isangi. Cette situation illustre une situation dramatique que vivent certains habitants de ces trois villages du secteur Bolomboki et de chefferie Baluolambila. 

Selon les sources locales tout est parti d'un conflit de vin de palme volé dans un campement. Selon s, ces sources, un habitant du village Monoli aurait surpris son ami du village Yafine en train de vider sa calebasse de vin de palme. En réaction, il lui ravit sa machette.

Comme le présumé voleur ne pouvait supporter les humiliations, il recourt à l'arme calibre 12, et tire à bout portant sur le propriétaire de vin et son frère. Les deux tombent sur place e mais encore  vivant. Un témoin de l'événement, sans vérifier, rentre au village pour annoncer leurs morts.

Saisi de la situation, le chef de groupement envoi une lettre au village Monoli, pour informer les familles des présumés morts. Eux à leur tour sans vérifier, descendent à Yafine, le village du présumé voleur. Sur  leur passage, ils prennent en renfort leurs voisins du village Lowa. Arrivée à Yafine, ils brillent toutes les maisons, et les biens qui s'y trouvent.

Quelques temps après, les personnes présumés tuées en forêt, sortent  vivantes. Pris de colère, les habitants de Yafine de leur tour mènent une action de représailles contre le village Lowa. Ils incendient des maisons. Cependant, un commerçant refusant avec sa maison et ses biens, tire à bout portant sur un manifestant (armes calibre 12) qui cette fois là meure quelques minutes après.

Au total, 103 maisons ont été incendiées, et une personne tuée. Par peur, les habitants de ces trois villages ont fuit en forêt. L'administrateur de territoire d'Isangi qui revient d'une mission sur place appelle  les habitants à retourner au village.

« Depuis deux semaines les enfants n'étudient pas. Nous sommes très inquiets de la situation de ces enfants déjà marginalisés, et des femmes enceintes » souligne Joseph MIMBENGA administrateur de territoire d'Isangi.

 La société civile demande à la population de s'abstenir de tout recours à la violence pour résoudre des conflits et appelle les autorités à rassurer les personnes réfugiées en forêt sur leur sécurité pour permettre leur retour dans ces villages.

Gaston bilambo/ Isangi