Kinshasa : les médecins membres du Synamed radicalisent la grève

Réunis vendredi 25 août au cours d’une assemblée générale, les médecins de la ville de Kinshasa membres du Synamed ont décidé de radicaliser la grève. Du lundi 28 août au 2 septembre, ils passeront du service minimum qu’ils assument depuis le 21 juillet 2017 à la radicalisation de la grève dans l’espoir que le gouvernement répondra à leurs desideratas.

C’est après l’évaluation de cette semaine que les médecins se prononceront sur la poursuite ou pas de la grève. Le secrétaire général national du Synamed, Dr Mankoy Badjoky, qui présidait les travaux de cette assemblée, a cité les structures hospitalières retenues pour recevoir les urgences. Il s’agit de l’hôpital de l’amitié sino-congolaise à N’Djili et le Centre de santé mère et enfant de Barumbu pour les lundi 28 et mardi 29 août ; des Cliniques universitaires de Kinshasa et de l’hôpital général de référence de Kintambo pour les mercredi 30 et jeudi 31 août 2017 ; de l’hôpital général Roi Baudouin de Masina, de la Clinique Ngaliema et de l’hôpital général de référence de Kinkole pour les vendredi, samedi et dimanche 1er, 2 et 3 septembre 2017. Les hôpitaux non cités ne peuvent pas organiser les urgences et les malades seront suivis par les chefs de départements.