Barrage de Katende : le ministre de l’Énergie et Ressources hydrauliques annonce la relance des travaux

 

Les ministres de l’Énergie et Ressources hydrauliques, Ingele Ifoto et de la Coopération au développement, John Kwet, et une délégation indienne conduite par le ministre des Affaires extérieures Chandra Prakash, ont séjourné au Kasaï Central pour évaluer la relance du projet de construction de la centrale hydroélectrique de Katende, sur la rivière Lulua, à 64 km de Kananga. L’ambassadrice de la RDC en Inde, Rosette Mossi, a également été présente dans l’expédition.

L’ingénieur conseil du projet Wapcos va travailler avec DHL comme équipementier. Au terme de leurs échanges, les parties congolaises et indiennes ont convenu de confier la suite des travaux à la société du secteur public indien LPCC en remplacement de la firme privée indienne Angélique International qui avait démarré les travaux en 2011. Et il ressort l’évaluation faite que 65% des travaux de génie civile sont presque finis. Reste à achever les travaux de génie civil et simultanément, construire les lignes et les réseaux de distribution.

La présence du ministre indien des Affaires extérieures à Kinshasa avait pour but de veiller à la bonne transition entre ces deux sociétés et de rassurer la partie congolaise de la reprise des travaux du barrage hydroélectrique de Katende.

Conçus depuis 52 ans, les  travaux de construction de ce barrage qui avaient été lancés en 2011 devraient s’achever après quatre ans mais ils ont connu beaucoup de retard suite, notamment, aux contraintes de financement.

Construite sur la rive droite de la rivière Lulua, la centrale hydroélectrique de Katende devrait, avec une capacité projetée de 64 mégawatts, desservir les provinces de l’espace Kasaï en énergie électrique.

Il est prévu la construction d’au moins  deux lignes pour le transport de l’énergie électrique produite par Katende. La première, longue de 130 km, reliera Kananga à Mbuji-Mayi en passant par Tshimbulu. Elle va contribuer au renforcement et à la relance du réseau ferroviaire dans l’espace Kasaï. Longue de seulement 30 km de long, la deuxième ligne ira de Kananga jusqu’à Bunkonde, une localité du territoire de Dibaya, toujours dans la province du Kasaï Central.

Selon l’accord de financement signé par la RDC et le gouvernement indien, le 11 juillet 2011 à Kananga, le coût global des travaux est de 280 millions de dollars américains, dont 168 millions à décaisser par l’Inde et 112 millions, par la RDC. A ce montant, il faudrait encore ajouter quelque 120 millions de dollars supplémentaires pour la mise en place des lignes de transport.