L’Afrique bouge, les Togolais tracent leur destin dans la rue

La mobilisation est totale au Togo. La population est déterminée à faire partir le président Faure Gnassingbé.

Ainsi, des milliers des manifestants ont envahi en permanence plusieurs rues de Lomé jusqu’à paralyser toute les activités économiques et perturber ainsi la circulation routière sous l’impulsion de tous les partis politiques de l’opposition unis comme un seul homme et dit ne pas être prêt de quitter la rue.

Le chef de l’armée togolaise vient de déclarer que l’armée n’interviendra pas ni la police face à une foule trop grande qui vient de donner 48heures au président Gnassingbé arrivé fin mandat.

Parmi les manifestants, les femmes togolaises qui se signalent avec une façon insolite de protester en étalant leur nudité au grand publique pour ainsi maudire le président Gnassingbé.

Rappelons que la famille Gnassingbé est au pouvoir au Togo depuis 50 ans. Ayant déjà totalisé 12 ans au pouvoir, l’actuel chef de l’Etat a succédé à son père qui a régné pendant 38 ans.

La population togolaise fatiguée demande une limitation de mandats pour le chef de l’Etat.

Ils exigent un total de dix ans tout au plus. Plusieurs fois, le parti au pouvoir, l’Union pour la République a riposté aux manifestations de l’opposition en organisant des marches citoyennes pour dénoncer des discours de haine et de l’intolérance, cette fois-ci, face à la montée de la colère du peule, l’UNIR est neutralisée pensent certains observateurs.

Après le Burkina-Faso, est-ce la suite du printemps de l’Afrique noire?