Fruit du partenariat FECODELAT et ITF, deux terrains modernes de tennis en construction au stade des Martyrs

Grâce au marketing et au lobbying impressionnants du professeur Emile Ngoy Kasongo, la coopération entre la Fédération congolaise de lawn tennis (FECODELAT) et la Fédération internationale de tennis (ITF) chapeauté par David Agerti, devient de plus en plus fructueuse.

En effet, pour encourager la pratique du tennis en RDC, lors de sa dernière assemblée générale au Vietnam, l’ITF s’est fermement engagé à financer la construction des infrastructures de tennis en RDC.

C’est dans ce cadre que des travaux de constructions des deux nouveaux terrains modernes de tennis ont récemment été lancés au stade des Martyrs par le ministre des sports congolais, maître Papy Nyango. Selon le professeur Emile Ngoy, président de la FECODELAT, ces deux terrains qui seront érigés en annexe du stade des Martyrs vont répondre aux standards internationaux et pourront abriter des compétitions internationales de la discipline.

Il a également indiqué que ces cours seront dotées des gradins pour accueillir des spectateurs.

«Nous allons avec l’appui de notre gouvernement et de la Fédération internationale de tennis, démarrer les travaux proprement dit d’ici le mois prochain. Nous avons bénéficié d’un don de 20.000 USD de la Fédération internationale de tennis (ITF). Quant au reste, nous comptons sur l’appui de nos partenaires privés... », a confié Émile Ngoy lors de la cérémonie du lancement de ces travaux.

La construction de ces deux terrains vient ainsi rendre autonome la Fédération nationale de tennis, toujours obligée d'aller louer des terrains dans des hôtels pour des préparations.

L’acquisition de ces deux terrains permettra à la FECODELAT de populariser ce sport longtemps perçu comme réservé aux expatriés et aux riches, et également faciliter la formation des espoirs congolais.

Un partenariat que nous espérons voir se poursuivre dans le commerce des équipements de cette discipline dont les prix ne sont pas à la porté de la bourse d’un congolais moyen au regard de la conjoncture actuelle.